animal mythique représenté sur la porte d'Ishtar

Le livre d’Esther dans la bible

7 février 2022Lionel Thébaud

La Bible est un recueil de livres. Dit comme ça, c’est vrai que c’est étrange pour qui se situe loin des dynamiques bibliques. Mais en grec, ce que l’on traduit par « bible », signifie « les livres », donc une bibliothèque, plutôt qu’un seul gros bouquin. Et dans cette bibliothèque se trouve le livre dont je veux parler maintenant : le livre d’Esther.

Dans la Bible

Dans la Bible hébraïque, le livre d’Esther se trouve à la 21e place, c’est-à-dire tout près de la fin (le canon hébraïque contient 24 livres). Dans les bibles catholiques, il se situe à la 19e place (le canon catholique de l’Ancien testament comporte 46 livres). Dans la bible orthodoxe, il occupe la 21e place (sur 51 livres). Le canon éthiopien (50 livres) le met à la 20e place. Et dans la tradition protestante, on trouve Esther à la 17e place (sur 39 livres).

Ces indications pour montrer que la Bible est un livre qui a une dynamique propre au contexte de lecture dans lequel il s’inscrit, et que les traditions religieuses n’ont pas organisé les livres bibliques dans le même ordre.

On peut aussi ajouter que les textes eux-mêmes ne sont pas toujours exactement identiques, certaines traditions ayant des livres en plus dans leurs bibles (ou en moins, selon où l’on se trouve !), et certaines traditions se fondent sur des textes en grec tandis que d’autres se fondent sur des textes en hébreu (et là, les versions peuvent être plus ou moins longues).

Esther dans le judaïsme

Dans le judaïsme, le livre d’Esther a une place importante, puisqu’il marque une fête juive : la fête de Pourim, fête qui est célébrée vers février/mars de chaque année. On la désigne souvent comme « le carnaval juif ». Cette fête célèbre le récit d’une délivrance : le peuple promis au massacre y échappe, de manière quasi divine.

Le livre d’Esther raconte comment ce peuple a échappé à la destruction.

Le roman d’Esther

L’action du roman (car oui, c’est un roman !) se déroule après l’exil à Babylone, lorsqu’une partie des Hébreux sont retournés dans la terre promise, tandis que d’autres sont restés vivre en diaspora. Vous pouvez lire un très court résumé de ce qu’est l’exil à Babylone ici, dans la partie intitulée « L’appel de Jérémie : contexte ». L’action se passe donc en diaspora perse, à Suse.

Le roi perse fait venir une jeune juive, Esther, à la cour et désire en faire sa reine. Un dignitaire du royaume, Haman, a pour projet d’exterminer les Juifs. Le roi – qui ne sait pas que sa reine est juive – lui donne son accord, convaincu par ses arguments. Le roman d’Esther nous montre comment la reine va déjouer les plans de Haman.

Voilà pour le résumé de ce récit. Cherchez donc dans votre Bible le livre d’Esther, et prenez le temps de le lire. Ce n’est pas long (à peine 10 chapitres). Et si vous n’avez pas de Bible sous la main, je vous ai mâché le travail : le livre d’Esther.

Parlons de moi !

L’année dernière, j’ai décidé d’arrêter momentanément de rédiger des articles pour des revues que j’aime. C’est simplement une question de temps disponible : j’ai beaucoup à faire entre mon ministère en paroisse et ma vie privée.

Lorsque je serai parvenu à stabiliser un peu les choses, sans doute que je reprendrai certains engagements (ou alors j’en saisirai de nouveaux). Néanmoins, en cours d’année, j’ai écrit un article sur un détail du livre d’Esther (dans sa version grecque) que l’on nomme « le songe [ou le rêve] de Mardochée », pour les Cahiers Bibliques de Foi et vie.

Le pire, c’est que le numéro tout entier de ce Cahier Biblique est consacré à Esther, et qu’il comporte des articles d’une très grande qualité.

Aussi je vous invite à y faire un tour. Pour avoir un accès total au site, vous devez vous inscrire (mais c’est gratuit et ça en vaut vraiment la peine).

Sur ce, bonne lecture, et partagez l’information autour de vous !

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Article précédent

Un paon qui déploie ses plumes. Symbolise l'orgueil et la vanité

Quand tu seras humble comme moi... ou la véritable humilité !

6 février 2022

Article suivant

Comment allons-nous vivre en paix ?

13 février 2022