La porte de la grâce

29 novembre 2020Lionel Thébaud

Écris à l’ange de l’Église de Philadelphie :
Voici ce que déclare le Saint, le Véritable, celui qui a la clé du roi David,
celui qui ouvre et personne ne peut fermer, celui qui ferme et personne ne peut ouvrir :
Je connais ta conduite ; j’ai ouvert devant toi une porte que nul ne peut fermer ;
car je sais que tu as peu de force, et pourtant tu as été fidèle à ma parole et tu ne m’as pas renié.
Voici ce que je ferai des gens de la synagogue de Satan, ces menteurs qui se prétendent Juifs mais ne le sont pas :
je les forcerai à se prosterner devant toi. Ils reconnaîtront que je t’ai aimé.
Puisque tu as gardé mon ordre d’être persévérant, moi aussi je te garderai à l’heure du malheur qui va venir sur le monde entier pour mettre à l’épreuve les habitants de la terre.
Je viens bientôt. Tiens fermement ce que tu as, afin que personne ne te prenne ta couronne de victoire.

Apocalypse 3.7-8, 10-11



Un passage très difficile, avec des images très compliquées : c’est le livre de l’Apocalypse ! Alors forcément, il faut tout expliquer, et c’est une démarche difficile parce que le sens des images utilisées peut avoir été altéré par le temps, l’histoire et les traditions qui ont à chaque fois réactualisé ce texte. Alors ici, je ne vais pas me livrer à une énième explication et redéfinition de ce que signifient les termes « synagogue de Satan », « clé du roi David », « l’épreuve », etc. Je vais juste vous livrer ce que ce texte m’inspire, à moi, aujourd’hui, dans mon contexte, qui me semble être proche du votre. C’est incomplet, imparfait, ça ne dit pas tout, ça ne dit d’ailleurs peut-être pas grand-chose, mais au fond, ça dit ce que ça dit et si vous y trouvez quelque chose de bon, gardez-le précieusement. Sinon, hé bien, vous avez l’habitude : que retient-on de tout ce qu’on lit sur le net ? Pas grand-chose. Il suffit de continuer. Et je précise que j’ai lu ce texte lors d’un culte vidéo organisé par des pasteur·e·s du consistoire auquel je me rattache, ici, à Chartres. Vous pouvez, si vous le souhaitez, visionner ce culte ci-dessous.





Dieu a ouvert une porte que personne ne peut fermer. Une porte. Mais quelle sorte de porte est-ce donc ? Il s’agit d’une ouverture, une brèche, dans la rigidité des conditions de la vie. Devant tous nos murs, devant toutes les résistances auxquelles nous devons faire face, devant toutes les difficultés qui prennent d’assaut nos projets de justice, de paix et d’amour, nous avons cette assurance : Dieu a ouvert une porte, et la porte que Dieu a ouverte, personne ne peut la fermer.

J’entends en résonance ce passage de l’Évangile selon Matthieu, qui dit : je bâtirai mon Église, et les portes de la mort ne pourront rien contre elle. Les portes des puissances mortifères ne pourront rien contre nos projets de justice, de paix et d’amour. C’est une promesse. Je crois que c’est une réalité.

Alors bien sûr, il y a des situations qui semblent fermées. Il y a des contextes très difficiles et des souffrances incroyables. Mais Dieu nous accompagne dans tout ce que nous traversons : quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi. Et puis nos frères et nos sœurs sont avec nous pour nous aider à porter la charge : parce qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble. La porte de la foi est ouverte. La porte de la Parole de Dieu qui nous rappelle sans cesse son amour inconditionnel est ouverte. La porte de la grâce est ouverte. Personne ne peut la fermer.

Peut-être que les difficultés du moment sont telles qu’il ne vous reste que peu de force. Peut-être que votre histoire a été si difficile que vous avez été tenté de dire « stop, j’abandonne ». Mais malgré tout, vous avez continué de donner le meilleur de vous-même. Le meilleur de ce qu’il était possible de donner dans ces conditions. Et Dieu l’a vu, et il vous a trouvé fidèle. Dieu croit en vous. Dieu croit en vous bien plus fort que vous ne croyez en lui, et ce sera toujours comme ça.

Alors aujourd’hui, dans votre situation particulière, si vous entendez sa voix, gardez confiance. Dieu vous nourrit de sa grâce. Gratuitement. Qui que vous soyez. Quoi que vous ayez fait. Quoi que vous n’ayez pas fait. Sa grâce est une provision toujours disponible, car la porte est ouverte, et personne ne peut la fermer.



Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Article précédent

La main de l'Eglise

16 novembre 2020

Article suivant

Pluie

11 décembre 2020